Des difficultés administratives dans la recherche

Parfois vue comme le temple du savoir et la recherche, l’université n’en est pour autant pas épargnée par les difficultés liée à l’administration. Le génial Thomas Kyle en 1991, découvrit l’Administratium, la molécule de l’administration dont les caractéristiques sont :

– L’absence de protons et d’électrons et donc un numéro atomique nul.

– Mais il comprend : 1 neutron, 125 neutrons-assistants, 75 vice-neutrons et 111 vice-neutrons assistants, et devient ainsi l’élément le plus lourd de l’univers avec une masse molaire de 312 ! (pour les non-chimistes…retenez juste que c’est véritablement gigantesque).

Sans électrons, cet élément est totalement inerte, il est par contre fortement toxique pour l’homme…Derrière ce pastichez de Kyle qui lui valu un Ig Nobel se trouve une véritable critique du mal qui ronge le monde universitaire : Formulaire en 4 exemplaires, circuit de 5 à 7 signatures pour organiser une journée d’étude, chaque signataire ayant bien entendu ses désirs propres, une volonté d’imprimer sa marque, les règles impossibles, les injonctions contradictoires etc.

Dans cette chaine administrative, le doctorant est probablement celui qui est le plus soumis à la toxicité de l’administratium, parce qu’il est en bas de l’échelle et parce qu’il ne sait pas tout à fait se défendre.

Avec pareille situation on peut s’interroger sur la motivation de doctorants et jeunes docteurs pour la carrière universitaire : masochisme ? non, mais l’amour du métier, l’oeil espiègle du chercheur, un rapport enfantin à la découverte et au savoir…enfin jusqu’à ce que le taux d’administratium dans l’air n’ai inévitablement raison de tout cela et ne transforme irrémédiable le chercheur en un paranoïaque ronchon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *